Texte à méditer :  

"Jusqu'à ce que la douleur le lui enseigne , l'homme ne sait pas quel trésor est l'eau"

   Lord Byron

Connexion...
 Liste des membres Membres : 1977
membres Visites du jour : (1) stephbzh   

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 8

Total visites Total visites: 0  
Articles eau

Fermer .Biblio

Fermer Divers

Fermer Matériel / Techn.

Fermer Pollution de l'eau

Fermer Prix/services eau

Fermer Qualité de l'eau

Articles assainiss.

Fermer .Biblio

Fermer Assainissement

Fermer Compost

Fermer Toilette sèche

Installation EDP
Q / R ministérielles
Tous Azimuts
Pluviométrie
L association
Sondage
Les usages intérieurs de l'eau de pluie , vous y êtes :
 
Absolument contre !
Assez défavorable
Plutôt sceptique
Plutôt mal informé
plutôt favorable
Très favorable
Complètement convaincu
Sans opinion
Résultats
Sommes membre de
éc'eau-logis soutient
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
203 Abonnés
Webmaster - Infos
Calendrier
Recherche



Actu


Analyse argumentaire sur la comparaison des qualités de compost et des impacts environnementaux entre la T.L.B et les Toilettes à séparation liquides / solides



Voici 3 nouveaux documents à lire très attentivement ! :


> http://www.ec-eau-logis.info/file/article-qualite-compost-tlb-fr.pdf

> http://www.ec-eau-logis.info/file/article-toilettes-separation-vs-tlb-fr.pdf

> http://www.ec-eau-logis.info/file/article-toilettes-seches-separation-gunter-pauli-fr.pdf


Un sujet à ne certainement pas traiter à la légère ... avec un débat afférent loin d'être clos ..

Bonne lecture !
wink

Communiqué du CriiEAU - par l_ecoleau le 25/03/2012 ¤ 11:48

"Qualité de l'eau potable du réseau : la situation est bien plus
préoccupante que l'on ne croit !"

 

COMMUNIQUE DE PRESSE du CriiEAU du 24 mars 2012

 

Le constat alarmant lancé par l'UFC Que choisir sur la qualité de l'eau du réseau repose sur des données fournies par le Ministère de l'écologie. Ces données officielles, basés sur des normes obsolètes, livrent une vision incomplète de l'étendue des dommages. Cala fausse l'analyse de l'UFC Que Choisir qui passe ainsi sous silence d'autres pollutions existantes. Notamment celles liées aux résidus pesticides, génétiques et médicamenteux présents dans l'eau.

L’association CriiEAU (Comité de Recherches et d'Informations Indépendantes sur l'Eau), en cours d’enregistrement et dont l'un des objectifs est d'informer correctement le public sur la qualité de l’eau du robinet, souhaite compléter l'analyse de l’UFC Que Choisir.

 

Au sujet des pesticides :


"Le risque entraîné par les pesticides est celui de l’exposition à long terme, à des doses très faibles mais répétitives, avec des interactions possibles entre les différents pesticides. Les risques suspectés, sans qu’ils aient pu être démontrés à ce jour, pourraient être des cancers (leucémies notamment), des troubles du système nerveux ainsi que de troubles de la reproduction."

 

Le danger réel des pesticides est bien plus grand que ne l'indique l’UFC Que Choisir.  Pour beaucoup de pesticides présents dans l'environnement, seuls 10 % du produit se trouvent sous sa forme moléculaire d'origine. 90 % du produit ont plus ou moins été dégradés par les UV et les bactéries de l'environnement. Ces molécules dégradées ne sont plus détectables simplement par les méthodes physico-chimiques conventionnelles. Ces résidus possèdent pourtant très fréquemment une toxicité similaire aux molécules d'origine.

C'est pourquoi l'effet biologique réel des pesticides est très mal évalué par les méthodes physicochimiques conventionnelles. Seuls des tests biologiques (test d'inhibition de la synthèse d'ARN, test d'ancrage cellulaire...) permettent d'en mesurer directement la toxicité. Ces tests biologiques, normalisés depuis 10 ans, ne sont hélas pas pris en compte par les normes réglementaires mesurant la qualité de l'eau.

 

Au sujet de la bactériologie :


"Les défauts de traitement de potabilisation (chloration) ou des canalisations endommagées dans le réseau peuvent entraîner la présence de bactéries responsables par exemple de troubles intestinaux."

 

L’enquête ignore différents dangers microbiens transmis par l'eau potable, notamment :

1) les Rotavirus et les Norovirus, résistants à une chloration ordinaire, et à l'origine de nombreuses épidémies de gastroentérites virales hivernales, d'après l'aveu même du Ministère de la Santé.

2) les fréquentes parasitoses transmises par l'eau potable (Giarda).

3) la transmission par l'eau potable de gènes de résistances aux antibiotique, situés sur des éléments génétiques mobiles, et transmis par des bactéries non pathogènes (germes banals de l'eau) non prise en compte par la réglementation. Ils nous sont transmis en droite ligne par l'élevage animal qui consomme les deux-tiers des antibiotiques consommés en France (rapport Afssa)

 

Au sujet de l’aluminium :


"L’aluminium est utilisé sous forme de sels pour rendre limpides des eaux naturellement troubles. Bien qu’il n’y ait pas à ce jour de lien démontré entre l’exposition à l’aluminium et la maladie d’Alzheimer, par application du principe de précaution, il est recommandé de limiter les doses ingéré"

 

Concernant  le lien de cause à effet entre l'aluminium et la maladie d'Alzheimer, ce sujet a fait l’objet de controverses scientifiques aujourd’hui dépassées, depuis les années 60 (Cf reportage de Sophie Le Gall « Du poison dans l'eau»- France 3 - mai 2010). Rappelons que les sels d’aluminium peuvent être remplacés  en tant que floculant pour la potabilisation de l’eau par des sels de fer, en toute innocuité. Pourquoi cette bonne pratique tarde-t-elle à se diffuser ?

 

Au sujet des nitrates :


"Les teneurs excessives en nitrates dans l’alimentation sont susceptibles de faire courir des risques de méthémoglobinémie (syndrome du bébé bleu) chez les nourrissons. En effet, les nitrates, transformés dans l’organisme en nitrites, peuvent par la modification des propriétés de l’hémoglobine du sang empêcher un transport correct de l’oxygène par les globules rouges. Toutefois, aucun cas de méthémoglobinémie lié à l’eau d’alimentation n’est recensé aujourd’hui en France. Plus généralement, la présence de nitrates dans l’eau potable est un indicateur de pollutions d’origine agricole, qui peut s’accompagner de la présence d’autres polluants tels que des pesticides."

 

Il est tout à fait exact de signaler que la présence des nitrates dans l'eau est un indicateur de pollution d'origine agricole. Cependant la lecture détaillée de la littérature scientifique et médicale montre qu'aucun cas de méthémoglobinémie du nourrisson lié à la consommation d'eau contenant des nitrates n’est survenu en France au cours des 50 dernières années.

Il convient de rappeler qu'en Australie où la concentration en nitrates peut atteindre 300 mg/l dans certaines eaux potables (Alice Springs) il ne semble pas y avoir de catastrophe sanitaire chez les nourrissons. D'ailleurs, il n'existe pas dans le tube digestif des nourrissons de bactéries capables de réduire les nitrates en nitrites. Les seules méthémoglobinémies décrites sont celles liées à l'absorption directe de nitrites ou d'un réducteur similaire.

 


Notre association tient à disposition les références bibliographies scientifiques sur les problèmes soulevés par la qualité de l'eau potable en France.

 

Le CriiEAU est une association pluridisciplinaire de scientifiques, de juristes et de personnes qualifiées proposant de nouvelles méthodes d’évaluation de la qualité de l’eau et diffusant une information indépendante des grands groupes de traitement et de commercialisation de l'eau.

 

Contact : criieau[A]free.fr

 

 

logo_criieau.jpg

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Lire aussi ;

http://eau-adour-garonne.blogspot.fr/2012/03/apres-la-criirad-le-criieau.html

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Lire aussi ;

UFC Que Choisir - des informations sur l’eau - débat

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Lire aussi ;

"Quand les normes de potabilité jouent avec notre santé"

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Deux millions de Français boivent une eau non-conforme

 

L'UFC-Que Choisir a rendu publics les résultats d'une enquête de deux ans sur la qualité de l'eau potable en France. Les pollutions agricoles sont une nouvelle fois pointées du doigt.

L'Anses a été saisie pour la question du sélénium.

Si 97,5 % des Français ont accès à une eau de bonne qualité, près de 2 millions de citoyens reçoivent une eau polluée, indique l'UFC-Que choisir qui a analysé les informations publiées sur le site du ministère de la Santé pendant deux ans pour établir un diagnostic de la qualité de l'eau du robinet pour les 36.568 communes métropolitaines. "Il y a une fausse transparence de la part du ministère : les données sont disponibles mais ne sont pas exploitables par l'usager".

.../...

 

Lire la suite sur  Actu-Environnement ..

 

 


Gestion de l'eau .. - par l_ecoleau le 25/03/2012 ¤ 11:34

 

Les Européens veulent une meilleure gestion de l’eau

 

Près de trois quarts des Européens pensent que Bruxelles doit prendre de nouvelles mesures pour s’attaquer aux problèmes de l’eau, révèle une enquête Eurobaromètre publiée le 22 mars.

 

Ce chiffre résulte de deux constats. Tout d’abord, les problèmes liés à l’eau sont jugés graves par 68% des Européens, et en particulier les sécheresses, les inondations, et la pollution chimique. Par ailleurs, ils sont majoritairement favorables à des amendes plus élevées infligées aux pollueurs, à une tarification plus équitable et à des incitations financières.

Résultat: 73% des Européens appellent de leurs vœux de nouvelles mesures.

.../...

 

Lire la suite sur le  JDLE ..

 


Eau = "Bien commun du Vivant" - par l_ecoleau le 25/03/2012 ¤ 11:19

 

Appel à signature de la déclaration d'Eau, Planète et Peuples

 

Les 9 et 10 mars derniers, les rencontres « Eau, Planète et Peuples » ont réuni plus de 300 représentants de la société civile internationale venus des 5 continents pour échanger et débattre ensemble.

Ces deux journées ont permis la rédaction d’une déclaration finale de la société civile « L’Eau n’est pas une marchandise, c’est le bien commun du vivant », en contre-point du Forum Mondial de l’eau qui a ouvert ses portes depuis lundi 12 mars à Marseille.

La déclaration finale compte 17 propositions pour que l’eau soit un enjeu prioritaire afin de garantir la vie et la dignité humaine.

Afin que ce message de la société civile puisse avancer vers une mise en œuvre effective du droit à l’eau et à l’assainissement et pour qu’il soit une réalité pour tous, nous vous invitons à

signer la déclaration.

Merci de relayer autour de vous cet appel à signer cette déclaration.

 

Merci de votre soutien.

France Libertés

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Après le succès du FAME, en avant pour l’eau bien commun !

 

Le Forum alternatif mondial de l’eau (FAME) a été un immense succès populaire. Plus de 5000 personnes se sont pressées au Dock des Suds du 14 au 17 mars pour participer aux ateliers, séances plénières,controverses, etc. Avec trente fois moins de moyens financiers mais sans doute un peu plus de convictions, le FAME a fait jeu égal avec le Forum mondial de l’eau. Le FAME a rempli son objectif en contribuant à précipiter la fin du Forum mondial de l’eau placé sous la domination des marchands. Il est impensable après le fiasco de Marseille que le Conseil mondial continue tel qu’il est aujourd’hui : un nouvel organisme international, placé sous l ‘égide de l’ONU, doit maintenant lui succéder. Le FAME propose l’organisation d’un nouveau forum en octobre 2014 car la crise mondiale de l’eau exige un sommet légitime, transparent et responsable, sans attendre.

 

La voie est ouverte pour l’application partout du droit à l’eau et à l’assainissement et pour que l’eau devienne un bien commun :à nous de jouer ! Le FAME engage une nouvelle étape de la lutte pour le droit à l’eau et à l’assainissement pour tous,après sa reconnaissance par l’ONU et son inscription dans les constitutions de plusieurs pays dans le monde. Il s’agit de continuer à le faire adopter dans les constitutions nationales. Ce droit doit devenir opposable. Des mécanismes juridiques,internationaux et indépendants, sont à inventer pour le faire respecter. La protection des défenseurs du droit à l’eau doit être garantie. La criminalisation de la résistance sociale pour le droit à l’eau, dont le dernier exemple est l’assassinat le 15 mars, de Bernardo Vasquez Sanchez qui luttait  contre les entreprises minières au Mexique, doit cesser.

 

Sur la lancée du référendum en Italie et de nombreuses expériences analogues dans le monde, comme la votation citoyenne pour le maintien du service public du canal Isabel II à Madrid début mars, le FAME a choisi la voie de la démocratie. Les populations concernées doivent pouvoir se prononcer sur toutes les décisions importantes affectant l’eau et l’assainissement, par exemple, sur le choix du mode de gestion ou avant la réalisation d’un grand projet (barrage,centrale nucléaire, etc.) Les citoyens et les associations doivent être directement parties prenantes de la gestion de l’eau.

 

L’extractivisme,c’est à dire l’exploitation des biens naturels à échelle industrielle, dans toutes ses formes (hydrocarbures y compris gaz et pétrole de schiste, mines, grands barrages, agro-industrie,etc.), a été fortement dénoncé, par les associations du sud comme du nord. Il s’agit de mettre en oeuvre une transition énergétique qui s’appuie sur des solutions locales et soutenables de production d’énergie, dans le cadre d’une réduction de la consommation.


Le FAME a, bien entendu, rejeté la privatisation et la marchandisation de l’eau et s’est prononcé pour une gestion publique et citoyenne, pour des partenariats public- public et public-citoyens.La remunicipalisation de l’eau à Paris, à Atlanta, à BuenosAires et dans de nombreuses villes dans le monde constituent des victoires significatives, à généraliser.

 

Outre les très nombreuses propositions, regroupées en onze thèmes, qui seront publiées dans les semaines et les mois prochains, le FAME marque aussi une nouvelle étape dans l’organisation du mouvement pour l’eau bien commun. Un réseau européen s’est constitué et tiendra sa première assemblée générale au début de l’été ;une coordination permanente sera mise en place. Au niveau national,la réussite du FAME donne envie à tous de continuer ensemble ;il s’agit de favoriser cette convergence pour déboucher rapidement sur des actions et, pourquoi pas, des structures communes.

 

Le 22mars 2012

Coordination eau Ile-de-France

 

 

 


Interview d' Anne LeStrat - par l_ecoleau le 25/03/2012 ¤ 10:46

 

“ L'usager en régie paie juste le coût et le coût juste du service : le coût-vérité ”

 

Devenue régie municipale en 2010 après une évolution historique de ses statuts, Eau de Paris expérimente de nouveaux modes de gouvernance et suscite l'intérêt des autres capitales. De retour du 6ème forum de l'eau, sa présidente Anne le Strat nous livre sa vision des politiques de l'eau.

 

Lire cet interview sur  Actu-Environnement ..

 

 

 


Rapport ONEMA 2012 - par l_ecoleau le 25/03/2012 ¤ 10:43

Observatoire des services d'eau et d'assainissement : l'Onema présente son premier rapport

 

Organisation, mode de gestion, prix et performances des services d'eau et d'assainissement collectif. Tels sont les différents points passés en revue par le premier rapport de l'observatoire lancé en 2009 et piloté par l'Onema.

L'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema) a présenté le 14 mars, à l'occasion du Forum mondial de l'eau, le premier rapport de l'observatoire sur les services publics d'eau et d'assainissement. Cet observatoire, prévu par la loi sur l'eau et les milieux aquatiques de 2006, a été lancé par l'Onema en novembre 2009.

"Elaboré à partir des données de l'observatoire, ce premier panorama propose des repères sur l'organisation, la qualité et le prix des services d'eau et d'assainissement collectif. Il éclaire également les enjeux de la gestion patrimoniale durable des services", précise l'Onema.

.../...

 

Lire l'article sur  Actu-Environnement ..

 

 

 

 

 

 


Début de sécheresse ! - par l_ecoleau le 25/03/2012 ¤ 10:20

 

50 % des nappes phréatiques en baisse

 

Le dernier bulletin du BRGM (1) fait le point sur l’état des nappes d'eau souterraines au 1er mars 2012 en France. Les précipitations du mois de février se sont avérées fortement déficitaires sur l’ensemble du pays, avec généralement des valeurs n’atteignant pas 25 % de la normale. Plus globalement, le cumul des pluies efficaces depuis septembre 2011 sur l’ensemble de la France est déficitaire par rapport à la normale. Seuls la plaine des Pyrénées-Orientales, la région de La Porta (Haute-Corse) et l’ouest du Var bénéficient d’un cumul excédentaire, grâce aux fortes précipitations de l’automne 2011.

.../...

 

Lire l'article et la carte nationale sur  Univers-Nature ..

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Déjà la sécheresse en mars ?

 

80% des nappes phréatiques françaises montrent un niveau inférieur à la normale. La faute à la pluie qui, depuis plusieurs années, n’est pas suffisamment abondante.

Et cet hiver n’a rien arrangé puisque les nappes ne se sont pas plus rechargées. Résultat pour 51% d’entre elles, les niveaux sont en baisse. Selon le bulletin hydrogéologique du bureau de recherche géologique et minière (BRGM) du mois de mars, «l’absence de recharge sur les premiers mois de l’année 2012 risque d’affecter la capacité d’exploitation des eaux souterraines dans les mois à venir».

.../...

 

Lire la suite sur le  JDLE ..

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Sécheresse : déficit des aquifères et premiers arrêtés sécheresse

 

Le BRGM fait état de niveaux inférieurs à la normal pour 80% des nappes phréatiques françaises. Trois premiers arrêtés de limitation des usages de l'eau ont été pris en Essonne et Seine-et-Marne.

"Une grande majorité des réservoirs (80%) affichent un niveau inférieur à la normale (…) résultat de plusieurs années de déficit pluviométrique". Tel est le bilan dressé vendredi 16 mars 2012 part le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) dans son État mensuel des nappes phréatiques au 1er mars.

.../...

 

Lire la suite sur  Actu-Environnement ..

 

 

 

 


Taux de pesticides tolérés .. - par l_ecoleau le 17/03/2012 ¤ 20:42

 

Eau du robinet : les vannes sont ouvertes pour les pesticides

 

La directive européenne 98/83/CE, relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine, fixe la limite de qualité réglementaire à 0,10 μg/L (0,1 microgramme par litre) par substance pesticide individuelle ou à 0,50 μg/L pour l’ensemble des pesticides quantifiés (1). Daté de juillet 1998, un avis du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France a réinterprété la Directive 98/83 en introduisant une nouvelle notion : la « valeur sanitaire maximale » ou V Max telle que définie par l’OMS (2). Dès lors, une eau contenant un pesticide à une quantité supérieure à 20 % de la V Max pendant plus d’un mois, ou présentant une teneur globale en pesticides dépassant la V Max ne serait-ce qu’un jour, ne devait être utilisée ni pour la boisson, ni pour la préparation des aliments.

Largement supérieure à 0,1 μg/L, cette réglementation tolérait donc la distribution d’eau contenant des quantités de pesticides bien supérieures à la limite de qualité. Déjà peu satisfaisante, cette situation s’est encore dégradée avec la publication, « en catimini », d’une instruction de la direction Générale de la Santé, publiée au BO (Bulletin Officiel) en février 2011. Celle-ci prévoit, en effet, que 100 % de la V Max du pesticide concerné devra être atteinte, quelle que soit la durée d’exposition, pour que soient mises en place des restrictions d’eau.

.../...

 

Lire la suite sur  Univers Nature ...

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Pesticides - la preuve d'une déréglementation officielle

 

Article explicatif sur un blog ami :  IGEPAC ...

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Plus de pesticides dans votre eau !

Le Ministère de la Santé rend plus facile la distribution d’eau
polluée par des pesticides au-delà de la limite de qualité !

 

Lire le Communiqué de Presse de  Générations Futures à ce sujet ..

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Et lire aussi tout le Dossier Pesticides de Générations Futures (ex MDRGF)  ..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Dossier eau de Que Choisir .. - par l_ecoleau le 17/03/2012 ¤ 20:16

Le scoop printanier provocateur de QUE CHOISIR : l’eau du robinet est de bonne qualité !

 

Un dossier plus que douteux est publié ce mois de mars 2012 dans le magazine QUE CHOISIR avec cette FAUSSE affirmation provocatrice : il ne faut pas avoir peur de l’eau du robinet qui est de bonne qualité !!!

Confondre potabilité et absence de polluant, c’est très grave pour un média digne de ce nom.

.../...

 

Lire cet article sur un blog ami : IGEPAC ...

 

Nota perso :  je partage aussi ce regret de constater ce manque d'objectivité (et pas le premier !) de la part d'un Mag comme "Que Choisir" ...

Navrant ..

 

 

 


Eau "industrielle" .. - par l_ecoleau le 17/03/2012 ¤ 20:03

 

L'eau : nouvelle contrainte pour les entreprises

 

Selon la Banque mondiale, la disponibilité en eau douce sera un des facteurs limitant le développement économique durant les prochaines décennies. La gestion de l'eau devient un élément de la stratégie d'entreprise, voire un facteur de compétitivité.

.../...

 

Lire la suite sur Actu-Environnement ..

 

 


DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
^ Haut ^